Moral Hazard in Repeated Professional Partnerships *

Moral Hazard in Repeated Professional Partnerships * Abstract. There is a budget‐balancing constraint in a single‐period partnership game that creates a severe moral hazard problem. Compared to an agency setting, the presence of this constraint makes the provision of penalties and rewards more difficult in a partnership. Due to the nature of professions, it is difficult to observe individual partners' output, and monitoring their effort is expensive. Hence, compensation cannot be tied exclusively to individual partners' effort or output. The bigger the size of the partnership, the tighter the budget‐balancing constraint becomes. Hence, the moral hazard problem created by the budget‐balancing constraint is likely to be particularly acute in large accounting partnerships. In spite of the reasons mentioned above, partnerships are not devoid of incentives. Even if signals on the efforts of individual partners are unavailable, the threat of shirking by other partners will ensure that partners work hard. The equilibrium sustained by the threat of shirking, though plausible, is unappealing. In an auditing setting, shirking to punish other partners may involve personal criminal liability and may not be a credible threat. If, however, costly signals of individual partners' efforts are available, then expulsion threats can be used to discipline behavior. The lessons we learn from a repeated partnership game are very different from those of a single‐period partnership game. The repetition helps to loosen the budget‐balancing constraint and to correlate reward with output. The threat of noncooperation in future periods or the threat of expulsion from future periods helps align incentives. This cannot be achieved in a single‐period game. Résumé. Il existe, dans un jeu à période unique mettant en situation une société de personnes, une contrainte relative à l'équilibre budgétaire qui soulève un problème sérieux de risque moral. Si l'on compare cette situation à celle de la relation mandant‐mandataire, la présence de cette contrainte rend plus difficile l'instauration de pénalités et de récompenses dans une société de personnes. Compte tenu de la nature des professions en cause, il est difficile de constater ce que produit chacun des associés, et contrôler l'intensité de leurs efforts est onéreux. Ainsi, la rémunération ne peut être liée exclusivement à l'effort ou au rendement des différents associés. Plus grande est l'envergure de la société de personnes, plus la contrainte de l'équilibre budgétaire se resserre. Par conséquent, le problème de risque moral créé par cette contrainte est susceptible d'être particulièrement aigu dans les grands cabinets comptables. Malgré les faits évoqués ci‐dessus, les sociétés de personnes ne sont pas dépourvues d'incitatifs. Même s'il est impossible de recueillir des indices relatifs aux efforts des différents associés, la menace d'esquive de la part des autres associés incitera chacun des associés à mettre de l'ardeur au travail. l'équilibre maintenu grâce à la menace d'esquive,' bien qu'il soit plausible, rebute. Dans un contexte de vérification, l'esquive utilisée comme mesure de rétorsion à l'égard d'autres associés peut engager la responsabilité criminelle personnelle et risque de ne pas constituer une menace crédible. S'il est possible, toutefois, d'instaurer les mécanismes onéreux qui permettent d'évaluer l'intensité des efforts des différents associés, la menace d'expulsion peut alors être évoquée pour discipliner le comportement. Les conclusions que tirent les auteurs d'un jeu à périodes multiples mettant en situation une société de personnes sont très différentes de celles qu'ils tirent du jeu à période unique. La répétition contribue au relâchement de la contrainte de l'équilibre budgétaire et facilite la corrélation entre rétributions et résultats. La menace de non‐collaboration ou la menace d'expulsion, dans les périodes ultérieures, contribue à coordonner les mesures incitatives, ce que ne permet pas de réaliser un jeu à période unique. http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png Contemporary Accounting Research Wiley

Moral Hazard in Repeated Professional Partnerships *

Contemporary Accounting Research, Volume 11 (2) – Mar 1, 1995

Loading next page...
 
/lp/wiley/moral-hazard-in-repeated-professional-partnerships-eqOh0g00dN
Publisher
Wiley
Copyright
1995 Canadian Academic Accounting Association
ISSN
0823-9150
eISSN
1911-3846
DOI
10.1111/j.1911-3846.1995.tb00471.x
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Abstract. There is a budget‐balancing constraint in a single‐period partnership game that creates a severe moral hazard problem. Compared to an agency setting, the presence of this constraint makes the provision of penalties and rewards more difficult in a partnership. Due to the nature of professions, it is difficult to observe individual partners' output, and monitoring their effort is expensive. Hence, compensation cannot be tied exclusively to individual partners' effort or output. The bigger the size of the partnership, the tighter the budget‐balancing constraint becomes. Hence, the moral hazard problem created by the budget‐balancing constraint is likely to be particularly acute in large accounting partnerships. In spite of the reasons mentioned above, partnerships are not devoid of incentives. Even if signals on the efforts of individual partners are unavailable, the threat of shirking by other partners will ensure that partners work hard. The equilibrium sustained by the threat of shirking, though plausible, is unappealing. In an auditing setting, shirking to punish other partners may involve personal criminal liability and may not be a credible threat. If, however, costly signals of individual partners' efforts are available, then expulsion threats can be used to discipline behavior. The lessons we learn from a repeated partnership game are very different from those of a single‐period partnership game. The repetition helps to loosen the budget‐balancing constraint and to correlate reward with output. The threat of noncooperation in future periods or the threat of expulsion from future periods helps align incentives. This cannot be achieved in a single‐period game. Résumé. Il existe, dans un jeu à période unique mettant en situation une société de personnes, une contrainte relative à l'équilibre budgétaire qui soulève un problème sérieux de risque moral. Si l'on compare cette situation à celle de la relation mandant‐mandataire, la présence de cette contrainte rend plus difficile l'instauration de pénalités et de récompenses dans une société de personnes. Compte tenu de la nature des professions en cause, il est difficile de constater ce que produit chacun des associés, et contrôler l'intensité de leurs efforts est onéreux. Ainsi, la rémunération ne peut être liée exclusivement à l'effort ou au rendement des différents associés. Plus grande est l'envergure de la société de personnes, plus la contrainte de l'équilibre budgétaire se resserre. Par conséquent, le problème de risque moral créé par cette contrainte est susceptible d'être particulièrement aigu dans les grands cabinets comptables. Malgré les faits évoqués ci‐dessus, les sociétés de personnes ne sont pas dépourvues d'incitatifs. Même s'il est impossible de recueillir des indices relatifs aux efforts des différents associés, la menace d'esquive de la part des autres associés incitera chacun des associés à mettre de l'ardeur au travail. l'équilibre maintenu grâce à la menace d'esquive,' bien qu'il soit plausible, rebute. Dans un contexte de vérification, l'esquive utilisée comme mesure de rétorsion à l'égard d'autres associés peut engager la responsabilité criminelle personnelle et risque de ne pas constituer une menace crédible. S'il est possible, toutefois, d'instaurer les mécanismes onéreux qui permettent d'évaluer l'intensité des efforts des différents associés, la menace d'expulsion peut alors être évoquée pour discipliner le comportement. Les conclusions que tirent les auteurs d'un jeu à périodes multiples mettant en situation une société de personnes sont très différentes de celles qu'ils tirent du jeu à période unique. La répétition contribue au relâchement de la contrainte de l'équilibre budgétaire et facilite la corrélation entre rétributions et résultats. La menace de non‐collaboration ou la menace d'expulsion, dans les périodes ultérieures, contribue à coordonner les mesures incitatives, ce que ne permet pas de réaliser un jeu à période unique.

Journal

Contemporary Accounting ResearchWiley

Published: Mar 1, 1995

There are no references for this article.

You’re reading a free preview. Subscribe to read the entire article.


DeepDyve is your
personal research library

It’s your single place to instantly
discover and read the research
that matters to you.

Enjoy affordable access to
over 18 million articles from more than
15,000 peer-reviewed journals.

All for just $49/month

Explore the DeepDyve Library

Search

Query the DeepDyve database, plus search all of PubMed and Google Scholar seamlessly

Organize

Save any article or search result from DeepDyve, PubMed, and Google Scholar... all in one place.

Access

Get unlimited, online access to over 18 million full-text articles from more than 15,000 scientific journals.

Your journals are on DeepDyve

Read from thousands of the leading scholarly journals from SpringerNature, Elsevier, Wiley-Blackwell, Oxford University Press and more.

All the latest content is available, no embargo periods.

See the journals in your area

DeepDyve

Freelancer

DeepDyve

Pro

Price

FREE

$49/month
$360/year

Save searches from
Google Scholar,
PubMed

Create folders to
organize your research

Export folders, citations

Read DeepDyve articles

Abstract access only

Unlimited access to over
18 million full-text articles

Print

20 pages / month

PDF Discount

20% off