Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

Un corps pour deux: Les couples de Carax

Un corps pour deux: Les couples de Carax Un corps pour deux Les couples de Carax Alban Pichon Frère, ma soeur, s'appelaient entre eux les amants anciens, non pour masquer leur lien, le rendre plus tendre ou plus morbide, mais à cause de l'endogamie lointaine dont nous sommes tous nés, à l'imitation des couples divins.1 Ainsi débute le petit ouvrage de Guido Ceronetti Le silence du corps. Ce livre de l'homme de théâtre et écrivain italien se présente comme une collection de pensées et de commentaires littéraires au sujet des états du corps humain. Page après page, le lecteur découvre une somme d'aphorismes, courts paragraphes et citations qui dépeignent un corps tour à tour ardent, malade, dégustant, avalant ou dégouttant. L'ouvrage ne relève pas d'une approche théorique, mais constitue plutôt un vaste cabinet de curiosités. Dans une perspective qui mêle antiquité, littérature des XIXe et XXe siècles, médecine populaire et chronique du monde contemporain, ce travail d'érudition propose une vision du corps qui s'attache à ses humeurs, à ses tourments et aux soins qu'il reçoit. Le propos peut parfois évoquer Artaud (l'idée selon laquelle "les parties du corps où il y a le plus d'odeur sont celles qui renferment le plus d'âme"2 n'est pas sans rappeler http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png French Forum University of Nebraska Press

Un corps pour deux: Les couples de Carax

French Forum , Volume 39 (2) – Jan 9, 2014

Loading next page...
 
/lp/university-of-nebraska-press/un-corps-pour-deux-les-couples-de-carax-niKZdZwTvi
Publisher
University of Nebraska Press
Copyright
Copyright © 2008 French Forum, Inc.
ISSN
1534-1836
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Un corps pour deux Les couples de Carax Alban Pichon Frère, ma soeur, s'appelaient entre eux les amants anciens, non pour masquer leur lien, le rendre plus tendre ou plus morbide, mais à cause de l'endogamie lointaine dont nous sommes tous nés, à l'imitation des couples divins.1 Ainsi débute le petit ouvrage de Guido Ceronetti Le silence du corps. Ce livre de l'homme de théâtre et écrivain italien se présente comme une collection de pensées et de commentaires littéraires au sujet des états du corps humain. Page après page, le lecteur découvre une somme d'aphorismes, courts paragraphes et citations qui dépeignent un corps tour à tour ardent, malade, dégustant, avalant ou dégouttant. L'ouvrage ne relève pas d'une approche théorique, mais constitue plutôt un vaste cabinet de curiosités. Dans une perspective qui mêle antiquité, littérature des XIXe et XXe siècles, médecine populaire et chronique du monde contemporain, ce travail d'érudition propose une vision du corps qui s'attache à ses humeurs, à ses tourments et aux soins qu'il reçoit. Le propos peut parfois évoquer Artaud (l'idée selon laquelle "les parties du corps où il y a le plus d'odeur sont celles qui renferment le plus d'âme"2 n'est pas sans rappeler

Journal

French ForumUniversity of Nebraska Press

Published: Jan 9, 2014

There are no references for this article.