Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

La Chinoise de Jean-Luc Godard et La Troisième génération de Rainer Werner Fassbinder: Le terrorisme est-il soluble dans Brecht?

La Chinoise de Jean-Luc Godard et La Troisième génération de Rainer Werner Fassbinder: Le... La Chinoise de Jean-Luc Godard et La Troisième génération de Rainer Werner Fassbinder Le terrorisme est-il soluble dans Brecht? Antoine Krieger Au moment de la sortie de son film La Troisième génération en 1979, le cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder déclarait, au sujet de la troisième génération des terroristes de la bande à Baader: I am convinced they don't know what they are doing, and what they are doing derives its meaning from nothing more than the activity itself, from the apparently exciting danger, from petty adventures within the system, which admittedly is administered ever more perfectly and therefore alarmingly. Action undertaken in danger, but without any sense of perspective, adventures experienced in a sort of intoxication for their own sake--these are the things that motivate "the third generation."1 Il s'agit ici d'un constat amer et désabusé. Pour Fassbinder, l'activisme de la première génération de la bande à Baader s'est transformé en un aventurisme infantile dans lequel l'action n'a plus qu'elle-même pour raison d'être.2 Cette désillusion face à la dérive terroriste des mouvements contestataires allemands de la fin des années 1960 est également une conséquence de l'automne 1977 pendant lequel les membres fondateurs du groupe (Andréas Baader, Ulrike http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png French Forum University of Nebraska Press

La Chinoise de Jean-Luc Godard et La Troisième génération de Rainer Werner Fassbinder: Le terrorisme est-il soluble dans Brecht?

French Forum , Volume 39 (2) – Jan 9, 2014

Loading next page...
 
/lp/university-of-nebraska-press/la-chinoise-de-jean-luc-godard-et-la-troisi-me-g-n-ration-de-rainer-pm8ocltG4n
Publisher
University of Nebraska Press
Copyright
Copyright © 2008 French Forum, Inc.
ISSN
1534-1836
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

La Chinoise de Jean-Luc Godard et La Troisième génération de Rainer Werner Fassbinder Le terrorisme est-il soluble dans Brecht? Antoine Krieger Au moment de la sortie de son film La Troisième génération en 1979, le cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder déclarait, au sujet de la troisième génération des terroristes de la bande à Baader: I am convinced they don't know what they are doing, and what they are doing derives its meaning from nothing more than the activity itself, from the apparently exciting danger, from petty adventures within the system, which admittedly is administered ever more perfectly and therefore alarmingly. Action undertaken in danger, but without any sense of perspective, adventures experienced in a sort of intoxication for their own sake--these are the things that motivate "the third generation."1 Il s'agit ici d'un constat amer et désabusé. Pour Fassbinder, l'activisme de la première génération de la bande à Baader s'est transformé en un aventurisme infantile dans lequel l'action n'a plus qu'elle-même pour raison d'être.2 Cette désillusion face à la dérive terroriste des mouvements contestataires allemands de la fin des années 1960 est également une conséquence de l'automne 1977 pendant lequel les membres fondateurs du groupe (Andréas Baader, Ulrike

Journal

French ForumUniversity of Nebraska Press

Published: Jan 9, 2014

There are no references for this article.