Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

Dissonante Marie NDiaye

Dissonante Marie NDiaye Aïcha Ennaciri À présent, me dis-je, il s'agit de se mouvoir. Et comment, dans cet élément inapproprié? --Marie NDiaye Habitant avec sa famille à Berlin depuis 2007, Marie NDiaye s'est exprimée sur son exil volontaire dans un entretien du journal Les Inrockuptibles.1 Dans cet entretien datant du 30 août 2009, à la question posée par la journaliste Nelly Kaprielian: "Vous sentez-vous bien dans la France de Sarkozy?," Marie NDiaye répondait en ces termes: "Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous2 ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d'être étranger à ça." Ce que Marie NDiaye reproche au gouvernement de Sarkozy, c'est une certaine "vulgarité." Elle trouve "détestable, [. . .] cette atmosphère de flicage." Pour elle, la droite de Sarkozy, telle qu'elle est incarnée par certains ministres, représente "un refus d'une différence possible."3 Le terme de "flicage" utilisé par NDiaye pourrait être repris pour ses propres oeuvres, si on comprend par cela le fait d'être sur ses gardes, d'avoir l'impression d'être suspect, de se voir singularisé(e), ou, pour l'énoncer simplement, d'être incertain de son sort ou de celui de ses proches. Le changement de gouvernement annoncé en 2007 a donc fait place http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png French Forum University of Nebraska Press

Dissonante Marie NDiaye

French Forum , Volume 39 (1) – Jul 30, 2014

Loading next page...
 
/lp/university-of-nebraska-press/dissonante-marie-ndiaye-DwvPdOkUBs
Publisher
University of Nebraska Press
Copyright
Copyright © 2008 French Forum, Inc.
ISSN
1534-1836
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

Aïcha Ennaciri À présent, me dis-je, il s'agit de se mouvoir. Et comment, dans cet élément inapproprié? --Marie NDiaye Habitant avec sa famille à Berlin depuis 2007, Marie NDiaye s'est exprimée sur son exil volontaire dans un entretien du journal Les Inrockuptibles.1 Dans cet entretien datant du 30 août 2009, à la question posée par la journaliste Nelly Kaprielian: "Vous sentez-vous bien dans la France de Sarkozy?," Marie NDiaye répondait en ces termes: "Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous2 ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d'être étranger à ça." Ce que Marie NDiaye reproche au gouvernement de Sarkozy, c'est une certaine "vulgarité." Elle trouve "détestable, [. . .] cette atmosphère de flicage." Pour elle, la droite de Sarkozy, telle qu'elle est incarnée par certains ministres, représente "un refus d'une différence possible."3 Le terme de "flicage" utilisé par NDiaye pourrait être repris pour ses propres oeuvres, si on comprend par cela le fait d'être sur ses gardes, d'avoir l'impression d'être suspect, de se voir singularisé(e), ou, pour l'énoncer simplement, d'être incertain de son sort ou de celui de ses proches. Le changement de gouvernement annoncé en 2007 a donc fait place

Journal

French ForumUniversity of Nebraska Press

Published: Jul 30, 2014

There are no references for this article.