Get 20M+ Full-Text Papers For Less Than $1.50/day. Start a 14-Day Trial for You or Your Team.

Learn More →

Bronchographie mit Dionosil

Bronchographie mit Dionosil à m yélop laxes dans l'amygdale palatine 3i:s éventuellement de greffe osseuse, puis de la rœntgentliérapie post­ opératoire à dose faible. 5" Il semble aussi logique d'abandonner ce terme imprécis d'épulis (pii, en l’état actuel de nos connaissances, complique et fausse inutilement la classification des tumeurs développées sur les bords alvéolaires. Cette classification doit être histopathologique. Bibliographie : voir la thèse « L'n cas de tumeur à myéloplaxes dans l’amygdale palatine » par .1. (lulowski. Clinique O.H.L., Lausanne 1954. Discussion. De Reynier (Lausanne) : Il y a quelques années, nous avons opéré avec le Professeur Escher une jeune femme atteinte d’une grosse tumeur à m yélo­ plaxes du sinus maxillaire droit. Les examens histologiques pratiqués dans divers instituts d'anatomie pathologique nous ont appris que ces tumeurs sont étiquetées différemment selon les histologistes. L’ancienne dénomination d'os­ téite fibreuse localisée est remplacée par « tumeur à myéloplaxes », tumeur bénigne à cellules géantes », * tumeur xanthomateuse à cellules géantes ». Soulignons enfin que ces néo-formations sont très vascularisées, ce qui rend leur extirpation très sanglante. (Aus der Olo-Hhino-Laryngologischen Universitätsklinik Bern (Vorsteher: Prof. F. Fscherj.) Von WALTER STKUPLER. Die verschiedenen Nachteile, die den bisher für die Broncho­ graphie gebräuchlichen Röntgenkontrastmitteln anhaften, http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png ORL Karger

Bronchographie mit Dionosil

ORL , Volume 15 (5-6): 16 – Jan 1, 1953

Loading next page...
 
/lp/karger/bronchographie-mit-dionosil-GMAS6dA75b

References

References for this paper are not available at this time. We will be adding them shortly, thank you for your patience.

Publisher
Karger
Copyright
© 1953 S. Karger AG, Basel
ISSN
0301-1569
eISSN
1423-0275
DOI
10.1159/000273815
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

à m yélop laxes dans l'amygdale palatine 3i:s éventuellement de greffe osseuse, puis de la rœntgentliérapie post­ opératoire à dose faible. 5" Il semble aussi logique d'abandonner ce terme imprécis d'épulis (pii, en l’état actuel de nos connaissances, complique et fausse inutilement la classification des tumeurs développées sur les bords alvéolaires. Cette classification doit être histopathologique. Bibliographie : voir la thèse « L'n cas de tumeur à myéloplaxes dans l’amygdale palatine » par .1. (lulowski. Clinique O.H.L., Lausanne 1954. Discussion. De Reynier (Lausanne) : Il y a quelques années, nous avons opéré avec le Professeur Escher une jeune femme atteinte d’une grosse tumeur à m yélo­ plaxes du sinus maxillaire droit. Les examens histologiques pratiqués dans divers instituts d'anatomie pathologique nous ont appris que ces tumeurs sont étiquetées différemment selon les histologistes. L’ancienne dénomination d'os­ téite fibreuse localisée est remplacée par « tumeur à myéloplaxes », tumeur bénigne à cellules géantes », * tumeur xanthomateuse à cellules géantes ». Soulignons enfin que ces néo-formations sont très vascularisées, ce qui rend leur extirpation très sanglante. (Aus der Olo-Hhino-Laryngologischen Universitätsklinik Bern (Vorsteher: Prof. F. Fscherj.) Von WALTER STKUPLER. Die verschiedenen Nachteile, die den bisher für die Broncho­ graphie gebräuchlichen Röntgenkontrastmitteln anhaften,

Journal

ORLKarger

Published: Jan 1, 1953

There are no references for this article.