à propos De Deux Navires Marchands

à propos De Deux Navires Marchands NOTES ET DOCUMENTS À PROPOS DE DEUX NAVIRES MARCHANDS (Méditerranée, première moitié du XIIe siècle) Dans un article intitul6 Glimpses from the Cairo Geniza on naval warfare in the Meditevvanean ... (in Studi Orientalistici in onoye di ... G. Levi della Vida, I, 397-4o8; Roma 1956), S.D. Goitein cite, pp. 403-4, deux noms de navires marchands faisant le trafic entre I'Espagne et Alexandrie, en I'ann6c II37 (532-3 H.). En graphie h6braique, l'un est nomm6 L'auteur de I'article - avec raison comme on le verra - transcrit ainsi ces deux noms: al-Fahva et al-Gaetani ? et les suppose en rapport avec le nom de leurs propriétaires: un Fahr al-dawla pour le premier (on pourrait penser aussi à un Fahr al-din) et un armateur du port italien de Ga6te (ar. Gayta) pour le second. Par une coincidence curieuse, les noms de ces deux navires se retrouvent, cités ensemble et à propos de la m6me ann6e, dans un texte marocain. Il s'agit de l'importante compilation historique intitul6e Nazm due à Ibn al-Qattan qui la d6dia au calife almohade al-Murtada (mort en 665/1266). L'on n'en connait actuellement que des fragments appartenant au tome 6. Ils ont 6t6 r6cemment 6dit6s et copieusement annot6s par Mahmud cAll Makki (Titwan, sans date, vers 1965). Parmi les événements survenus en I'ann6c 532/I I37-8, pp. 233-4, on lit ceci : « En cette ann6e eut lieu I'attaque (gazw) des navires 6gyptiens venant d'Alexandrie, entre autres et C'6taient des navires de tr6s grandes dimensions, contenant de grandes richesses et portant beaucoup de monde ,). L'6diteur des fragments du Nagnl al-6umCtn n'a pas pu expliquer ces deux noms. Mais il est évident qu'ils correspondent exactement à ceux que donne la lettre en jud6o-arabe retrouv6e à la Geniza du Caire, le nom devant 6tre restitu6 la lettre fdl ayant, en graphie magri- bine, son point diacritique en dessous. L'historien marocain ne précise malheureusement ni of ni par qui ces navires furent attaqués. Vraisemblablement, ce fut au large des c6tes de Tunisie (dans une partie de la M6diterran6e alors infest6e par les corsaires: musulmans de Bougie et d'al-Mahdiyya, chrétiens de Sicile), sur la grande ligne commerciale de 1'6poque: Alexandrie-Alm6ria. A propos de celle-ci, il n'est pas sans intérêt de signaler une curieuse expression du parler arabe de Tanger, enregistrée par W. Marçais (Textes arabes de Tanger, pp. gi, 185). Un taleb, ayant absorb6 une trop forte dose de hachich, en arrive « à prendre Alexandrie pour Alméria c'est ainsi que W. Marçais traduit, par conjecture. Il pourrait s'agir d'un souvenir de 1'6poque oil ces deux ports constituaient les deux terminus diam6tralement opposés d'une m6me ligne de trafic. Le sens de 1'expression serait donc celui de « confondre deux antipodes, prendre i zsc pour i uuest, uevemr uesuneIILt: ». GEORGES S. COLIN http://www.deepdyve.com/assets/images/DeepDyve-Logo-lg.png Arabica Brill

à propos De Deux Navires Marchands

Arabica, Volume 16 (2): 212 – Jan 1, 1969
Free
1 page

Loading next page...
1 Page
 
/lp/brill/propos-de-deux-navires-marchands-szsdVsNkXc
Publisher
Brill
Copyright
© 1969 Koninklijke Brill NV, Leiden, The Netherlands
ISSN
0570-5398
eISSN
1570-0585
D.O.I.
10.1163/157005869X00117
Publisher site
See Article on Publisher Site

Abstract

NOTES ET DOCUMENTS À PROPOS DE DEUX NAVIRES MARCHANDS (Méditerranée, première moitié du XIIe siècle) Dans un article intitul6 Glimpses from the Cairo Geniza on naval warfare in the Meditevvanean ... (in Studi Orientalistici in onoye di ... G. Levi della Vida, I, 397-4o8; Roma 1956), S.D. Goitein cite, pp. 403-4, deux noms de navires marchands faisant le trafic entre I'Espagne et Alexandrie, en I'ann6c II37 (532-3 H.). En graphie h6braique, l'un est nomm6 L'auteur de I'article - avec raison comme on le verra - transcrit ainsi ces deux noms: al-Fahva et al-Gaetani ? et les suppose en rapport avec le nom de leurs propriétaires: un Fahr al-dawla pour le premier (on pourrait penser aussi à un Fahr al-din) et un armateur du port italien de Ga6te (ar. Gayta) pour le second. Par une coincidence curieuse, les noms de ces deux navires se retrouvent, cités ensemble et à propos de la m6me ann6e, dans un texte marocain. Il s'agit de l'importante compilation historique intitul6e Nazm due à Ibn al-Qattan qui la d6dia au calife almohade al-Murtada (mort en 665/1266). L'on n'en connait actuellement que des fragments appartenant au tome 6. Ils ont 6t6 r6cemment 6dit6s et copieusement annot6s par Mahmud cAll Makki (Titwan, sans date, vers 1965). Parmi les événements survenus en I'ann6c 532/I I37-8, pp. 233-4, on lit ceci : « En cette ann6e eut lieu I'attaque (gazw) des navires 6gyptiens venant d'Alexandrie, entre autres et C'6taient des navires de tr6s grandes dimensions, contenant de grandes richesses et portant beaucoup de monde ,). L'6diteur des fragments du Nagnl al-6umCtn n'a pas pu expliquer ces deux noms. Mais il est évident qu'ils correspondent exactement à ceux que donne la lettre en jud6o-arabe retrouv6e à la Geniza du Caire, le nom devant 6tre restitu6 la lettre fdl ayant, en graphie magri- bine, son point diacritique en dessous. L'historien marocain ne précise malheureusement ni of ni par qui ces navires furent attaqués. Vraisemblablement, ce fut au large des c6tes de Tunisie (dans une partie de la M6diterran6e alors infest6e par les corsaires: musulmans de Bougie et d'al-Mahdiyya, chrétiens de Sicile), sur la grande ligne commerciale de 1'6poque: Alexandrie-Alm6ria. A propos de celle-ci, il n'est pas sans intérêt de signaler une curieuse expression du parler arabe de Tanger, enregistrée par W. Marçais (Textes arabes de Tanger, pp. gi, 185). Un taleb, ayant absorb6 une trop forte dose de hachich, en arrive « à prendre Alexandrie pour Alméria c'est ainsi que W. Marçais traduit, par conjecture. Il pourrait s'agir d'un souvenir de 1'6poque oil ces deux ports constituaient les deux terminus diam6tralement opposés d'une m6me ligne de trafic. Le sens de 1'expression serait donc celui de « confondre deux antipodes, prendre i zsc pour i uuest, uevemr uesuneIILt: ». GEORGES S. COLIN

Journal

ArabicaBrill

Published: Jan 1, 1969

There are no references for this article.

You’re reading a free preview. Subscribe to read the entire article.


DeepDyve is your
personal research library

It’s your single place to instantly
discover and read the research
that matters to you.

Enjoy affordable access to
over 18 million articles from more than
15,000 peer-reviewed journals.

All for just $49/month

Explore the DeepDyve Library

Search

Query the DeepDyve database, plus search all of PubMed and Google Scholar seamlessly

Organize

Save any article or search result from DeepDyve, PubMed, and Google Scholar... all in one place.

Access

Get unlimited, online access to over 18 million full-text articles from more than 15,000 scientific journals.

Your journals are on DeepDyve

Read from thousands of the leading scholarly journals from SpringerNature, Elsevier, Wiley-Blackwell, Oxford University Press and more.

All the latest content is available, no embargo periods.

See the journals in your area

DeepDyve

Freelancer

DeepDyve

Pro

Price

FREE

$49/month
$360/year

Save searches from
Google Scholar,
PubMed

Create lists to
organize your research

Export lists, citations

Read DeepDyve articles

Abstract access only

Unlimited access to over
18 million full-text articles

Print

20 pages / month

PDF Discount

20% off